[Test]Forza Horizon 3 : prenez un bon bol d’air

forza_horizon_3_cover

Forza Horizon 3 était sûrement l’un des jeux les plus attendus de ce dernier trimestre 2016, notamment de part le passé de la série des Forza sur Xbox, mais aussi l’introduction du Xbox Play Anywhere. Il était d’autant plus attendu que les jeux de courses en monde ouvert ne sont pas forcément légion, mis à part bien sûr la série des Need For Speed.

 

Xbox Play Anywhere ?

xbox-play-anywhere

Pour ceux qui auraient loupé une bonne partie de l’actualité Xbox, qui englobe maintenant le gaming sur console et PC chez Microsoft, le Xbox Play Anywhere a été annoncé lors du dernier E3 de Los Angeles. C’est à la fois un service et une fonctionnalité permis par l’écosystème Windows actuel :

  • d’une part, lorsque vous faites l’acquisition d’un jeu compatible, vous avez accès à la version Xbox One et Windows 10, d’autant plus qu’il s’agit au final d’une UWP,
  • et d’autre part, en tant qu’application universelle, vous bénéficiez de toute la puissance du framework qui l’anime, puisque non seulement vous avez un environnement adapté (réglages, exploitation du hardware,…), mais aussi de la synchronisation des contenus au travers de l’écosystème Xbox Live (succès, sauvegardes,…).

Cela autorise même le streaming du jeu, en tout cas sur Xbox One, vous permettant ainsi de jouer sur votre PC ou tablette Windows 10 si quelqu’un occupe déjà la TV chez vous.

Il convient aussi de rappeler une chose très importante, voire même essentielle : le Xbox Play Anywhere n’est disponible sur Windows 10 qu’à partir de la version 1607 ou Anniversary Update.

Et l’avenir de cette feature est d’ailleurs facile à imaginer, voire même tout tracé : on va clairement vers des expériences cross-platform entre console et PC qui pourraient aller bien au-delà du simple partage de contenu.

 

Un point sur la configuration de test

Je ne suis pas un joueur console (et je n’en possède pas). C’est pour cela que j’ai testé le pendant PC de Forza Horizon 3, accessible au travers du Xbox Play Anywhere, dont d’ailleurs je voulais tester une des fonctionnalités, c’est-à-dire la synchronisation multi-device. Je n’ai malheureusement pas pu le faire : Microsoft m’a prêté un Surface Book, certes, mais il n’en a pas assez dans le coffre pour faire tourner le jeu.

Ceci étant dit, voici la configuration sur laquelle a été testé Forza Horizon 3 (c’est mon PC personnel) :

  • CPU : AMD FX-8350 (octocore à 4 GHz)
  • Carte-mère : ASRock Fatal1ty 990FX Killer
  • RAM : 8 Go de DDR3 à 2133 MHz
  • GPU : Sapphire Radeon R9 380X Nitro
  • SSD : Intel 530 Series 120 Go
  • Alimentation : Enermax X’t Revolution 550W
  • Manette : Xbox One Wireless
  • OS : Windows 10 Pro N Anniversary Update.

En somme, un ordinateur qui se situe dans le haut du milieu de gamme et qui permet d’aborder un certain nombre de jeux de façon sereine, en ne réduisant que dans de rares cas certaines options graphiques.

 

Préparez-vous à en prendre plein les mirettes

forza_horizon_3_24

Avec la configuration ci-dessus, j’ai pu donc paramétrer la qualité graphique du jeu en élevé avec le framerate débloqué, puisqu’on a le choix entre ce réglage ou bloqué à 30 images/seconde.

Et Forza Horizon 3 est beau ! Forza Horizon 3 est beau ! Forza Horizon 3 est beau !

Pour aller un peu plus loin, le travail accompli par Turn 10 Studios et Microsoft Studios en terme de graphisme est absolument titanesque tant au niveau du rendu des voitures que de l’environnement. Jugez d’ailleurs par vous-même avec les captures d’écrans ci-dessous.

Au-delà de la “simple” modélisation, les effets climatiques rendent grâce au moteur de jeu qui agit de concert avec la dernière version de l’API graphique de Microsoft, DirectX 12 : ces derniers sont saisissants de réalisme que ça soit au niveau du rendu ou de l’influence au niveau du gameplay. De plus, les projections en tout genre (poussière, eau, terre,…) renforce cette impression de réalisme, tant est qu’ils s’accumulent sur votre bolide en fonction des environnements que vous traversez.

Il ne manque plus d’ailleurs que des traces vertes sur la carrosserie lorsque vous passez au milieu de l’herbe. Un léger (gros) bémol néanmoins au niveau du rendu de cette dernière, mais aussi des arbres : comparé au reste des graphismes affichés dans le jeu, il fait un peu cheap. Je sais que je chipote un peu, mais cela fait un peu tache au milieu d’une réalisation top niveau.

forza_horizon_herbe_arbres

Pour reste, le fait que le jeu soit beau et en monde ouvert n’influencera pas trop votre framerate, pour peu que vous ayez un PC de milieu de gamme : j’affichais un débit d’image compris entre 45 et 60 fps suivant les effets graphiques et le nombre de voitures présents à l’écran.

 

Un gameplay hybride

Les jeux Forza sont divisés en deux grandes familles :

  • les Motorsport qui sont des jeux de courses “classiques” sur circuit avec un gameplay très axé simulation
  • et les Horizon en monde ouvert avec une orientation plus arcade.

Et j’ai eu l’impression que Turn 10 Studios a voulu en quelque sorte nous proposer un mélange des deux : un côté simulation avec une très forte influence de la surface sur laquelle vous roulez, ainsi que de la météo, et de l’autre une partie beaucoup plus arcade avec une gestion des collisions qui frise parfois le délire. Par exemple, je rencontre malheureusement un arbre qui ne va casser qu’un phare.

Pour le reste, les voitures ont chacune leur comportement différent et sont réactives au niveau de la réponse aux commandes, sachant qu’en plus vous pouvez les customiser tant au niveau de la mécanique que de l’apparence. Ce dernier point renforce d’ailleurs cet aspect hybride du gameplay.

forza_horizon_3_1

Dernier point : l’accumulation d’expérience et de points de prouesses. En effet, dans Forza Horizon 3, vous êtes là pour faire le show auprès de festivaliers plutôt bien modélisés (ils sont en 3D). A ce titre, vous gagnez des crédits, de l’expérience, des fans et des points de prouesses. Et ces deux derniers aspects de la progression personnelle de votre avatar vont faire que vous allez progresser dans le jeu, en ouvrant notamment de nouveaux festivals pour débloquer de nouvelles épreuves, mais aussi des bonus.

forza_horizon_3_13

Tout ceci participe bien sûr à…

 

…une durée de vie plutôt conséquente

Autant vous le dire tout de suite, vous allez passer des heures et des heures sur ce jeu tant la carte est grande, les épreuves variées et customisables et les secrets nombreux à découvrir. De plus, vous pouvez aussi affronter des adversaires en circulant simplement lors d’une balade ou lorsque vous vous rendez sur le lieu d’une épreuve. Et le nombre de véhicules disponibles de base dans le jeu (vous pouvez aussi achetez des packs de voiture, ce qui est plutôt moyen) est à la mesure du reste : 356 voitures !
Certains pourraient dire que ça n’est qu’une augmentation artificielle de la durée de vie, ce à quoi je répondrai seulement ceci : c’est un jeu de course, cela en fait donc partie intégrante.

 

Vous l’aurez donc compris, j’ai été conquis par ce Forza Horizon 3, déjà que le Motorsport 6 : Apex m’avait fait forte impression. Et voir cette licence débarquer un peu plus sérieusement, de part le volume de jeu disponible dans cet opus, sur PC m’enchante au plus haut point, si tant est qu’elle fasse comme le bon vin en s’améliorant encore plus, notamment au niveau du détails. En effet, la puissance disponible sur PC est bien plus conséquente que sur console et une couche d’optimisation spécifique ne serait pas de trop.
Il en reste tout de même que Microsoft a rendu une chose assez incroyable possible avec Windows 10 et Xbox : avoir accès à une partie des grosses franchises consoles sur PC. Espérons donc que le Xbox Play Anywhere s’étendra à plus de titres disponibles sur Xbox One.

Note : 18/20

A propos de l'auteur

Développeur .Net et vrai dingue de l'actualité Microsoft, je m'éclate à écrire des articles traitant de cette dernière.