Microsoft toujours engagé sur le secteur mobile ?

Logo Microsoft

Voici une question que nombre de personnes se posent depuis la Build 2016, et la déclaration de Terry Myerson, voire même avant avec le peu de nouveautés au niveau des terminaux Windows Mobile ou même une sortie publique de Windows 10 Mobile qui ressemblait plus à une bêta géante (et gênante) qu’autre chose.

Mais Microsoft n’a jamais prétendu ou même annoncé abandonner Windows 10 Mobile ou même son investissement dans le secteur mobile. Cet engagement est repris et réaffirmé par Dona Sarkar, à la tête du programme Windows Insiders, sur Twitter.

 


Ainsi, de part son poste et son influence, elle nous annonce donc au nom de la société que non seulement Windows 10 Mobile continuera, ce dont je ne doutais absolument pas, mais que les mobiles des partenaires auront accès aussi au programme Insider. Elle esquive aussi au passage la réponse à la question qui lui a été posée sur l’avenir de Lumia ou plutôt ce qui va remplacer la gamme.

A quoi Microsoft destine son secteur mobile ?

La firme nous rabâche depuis quelques temps quelques poncifs qui ne font pas vraiment plaisir à la communauté de fans des OS mobiles Windows : non seulement Windows 10 Mobile n’évoluera que peu sur l’année 2016, mais en plus il aura une vocation plus orientée professionnelle et un nombre de modèles plus limité, dicté par ses partenaires. Il suffit de voir les derniers modèles en date, Acer Liquid Jade Primo et HP Elite x3 en tête, pour s’en faire une idée.

Les raisons de cette nouvelle orientation sont multiples et ont été rappelées de nombreuses fois :

  • un secteur mobile en déficit,
  • une recherche de la rentabilité échouée,
  • Satya Nadella qui était contre le rachat de Nokia,
  • un manque d’engagement de la part des grands noms des applications,

Bien que certains des soucis rencontrés soient en cours de résolution grâce à Windows 10, d’autres verront peut-être leur salut avec ce que Microsoft est en train de mettre en place pour son avenir mobile. En effet, s’il y a un secteur où la firme de Redmond est en position de force, c’est bien le monde professionnel, notamment grâce à ses nombreuses solutions (Office, Dynamic CRM, Windows,…). Et vu que sa branche smartphone n’était vraiment plus en odeur de sainteté au niveau des résultats financiers auprès des consommateurs lambda, autant se concentrer sur les professionnels. Cela explique aussi le fait de confier le développement d’une majorité des terminaux à ses partenaires qui ont l’habitude de fournir des gammes fiables et cohérentes.
C’est d’ailleurs sur ce point précis que Microsoft s’est planté en beauté : Nokia avait déjà lancé le développement de nombreux modèles couvrant toutes les gammes, un peu comme ce que de nombreux constructeurs utilisant Android le fond. La Raymonde a bien sûr repris le flambeau et décidé de les lancer tout de même, pensant bien sûr que cela allait lancer définitivement Windows Phone. La situation actuelle nous montre bien ce qu’il en est : cela a coûté cher à Microsoft pour un gain de parts de marché minime.

Cela nous mène donc à un terminal qui serait en développement, dont la date de sortie et la fiche technique n’existe encore que dans la tête des fans et bien sûr dans le bâtiment le plus secret du campus de Redmond : le Surface Phone. Il serait le résultat des expériences malheureuses et heureuses de Microsoft, bien que sa sortie soit loin d’être marqué au feutre indélébile. Malheureuses, puisque augmenter le nombre de modèles, à la manière Android, ne fait que perdre les consommateurs, puisqu’ils n’y sont pas habitués et que les gammes ont eu tendance à se chevaucher. Heureuses dans le sens où les Surface, notamment depuis la Pro 3, montrent bien que lorsque Microsoft se met à faire du haut de gamme, ça envoie du pâté, ça lui réussit et ça se fait copier.

Aussi, la firme ferait deux paris pour Windows 10 Mobile :

  1. se diriger vers les professionnels, notamment grâce à un écosystème Windows 10 complet et des partenaires qui en ont l’habitude
  2. avoir une gamme en marque propre très limité en modèle et orienté vers le Premium, à la manière de Apple (je sais, ça fait mal)

Et les fans dans tout ça ?

Voila où le bât blesse : Microsoft laisse sur le carreau ses plus indécrottables soutiens. Tous ces fans se retrouvent sans véritables repères actuellement, puisque la gamme Lumia est déjà morte et n’est même plus produite. Et ce chant du cygne a bien été vu dès la sortie des Lumia 950 et 950 XL, soit disant des smartphones haut de gamme pour les fans qui embarquait un OS peu stable.

Et d’ici à une période indéterminée dans l’année 2017, qui pourrait d’ailleurs ne jamais arriver, ils vont se retrouver avec rien, rien du tout pour remplacer leurs smartphones vieillissants, bien que loin d’être hors d’âge ou de performances. Enfin, rien mis à part des smartphones pensés et conçus pour les professionnels, de part leur positionnement tarifaire ou leurs fonctionnalités.

La principale conséquence est bien sûr une migration des habitants de ce petit village d’irréductibles gaulois vers de plus verts pâturages ou dans un verger. C’est d’ailleurs ce qu’on observe un peu partout, y compris auprès de vous tous. L’autre conséquence, c’est que pour regagner le capital confiance de ces personnes qui sont parties, Microsoft va devoir frapper fort, très fort pour que ses ex ou futurs ex-utilisateurs ne se décident à revenir. Cet éventuel Surface Phone devra donc être au top sur de nombreux points :

  • disposer d’une finition exemplaire, qui respire le Premium,
  • avoir des fonctionnalités innovantes extrêmement bien implémentées
  • et surtout, il ne devra pas vampiriser les parts de marché des partenaires de Microsoft.

Ce dernier point est sûrement le plus important, puisqu’il est en grande partie responsable de la chute de Microsoft au niveau du mobile.

Mais tout ceci ne sera possible qu’avec un Windows 10 Mobile qui soit à la hauteur des ambitions de Microsoft et des attentes des utilisateurs : lorsqu’on met plus de 600€ dans un terminal, on compte en avoir pour son argent. Redstone 2 et 3 devront donc représenter pour le système un véritable bond en avant, tant au niveau des features que de la stabilité. Pour la partie application, la capitalisation de ces dernières devra par contre s’appuyer sur ce qui est en cours pour Windows 10 et ses applis universelles, Microsoft misant toujours sur cet aspect cool et vraiment innovant. Il faudra aussi pour l’UWP corriger encore quelques accrocs, notamment au niveau de la prise en charge de certaines APIs, de leur amélioration ou même de l’intégration de certains standards encore absents.

 

Le chantier qui attend Microsoft est donc énorme pour cette fin d’année 2016 et toute l’année 2017. Mais la firme a su prouver qu’elle savait se renouveler, se remettre en question et repartir de zéro, il suffit de regarder Windows 10. Il est par contre désolant de voir qu’il faille systématiquement qu’elle se plante pour devoir le faire, alors que d’autres firmes y arrivent sans avoir à rencontrer un tel extrême. Mais très honnêtement, je ne vois pas pourquoi Microsoft n’y arriverait pas, bien qu’il va falloir qu’elle m’éblouisse pour que je daigne revenir sous Windows 10 Mobile dans un usage quotidien. Certains d’entre vous ne seront pas d’accord, d’autres le seront ou alors ne partageront que certaines des choses que je pense. Mais voici le fond de ma pensée.

A propos de l'auteur

Développeur .Net et vrai dingue de l’actualité Microsoft, je m’éclate à écrire des articles traitant de cette dernière.